fbpx

Garofeu

Après plus de 25 ans d’absence, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) est heureuse d’annoncer le grand retour d’un personnage qui a marqué l’imaginaire de nombreux enfants au cours des années 1980. Garofeu, le fier petit tamia rayé, reprend du service avec la SOPFEU. Il agira comme porte-parole de la Société auprès des enfants et des familles, afin de faire la promotion de la prévention des incendies de forêt.

Consciente que les jeunes sont un vecteur de changement social, la SOPFEU souhaite contribuer à former une nouvelle génération de citoyens responsables face à l’utilisation du feu. En s’adressant aux jeunes, la SOPFEU interpelle aussi les parents afin de les amener à être des modèles pour leurs enfants. Tout au long de la saison 2020, une série de douze vignettes présentant les « Astuces de Garofeu pour toute la famille » sera diffusée dans les médias sociaux. De plus, au cours des prochains mois, l’équipe de prévention de la SOPFEU développera du matériel pédagogique pour les enfants du préscolaire et du primaire.

L’histoire de GAROFEU

Garofeu a fait sa première apparition publique le 31 mai 1979, en présence du ministre des Terres et Forêts de l’époque, M. Yves Bérubé, et ce, à l’occasion du banquet du 40e anniversaire de l’Association forestière québécoise. Le sympathique personnage devenait ainsi la figure de proue des campagnes de prévention menée par Conservation-Québec, un organisme regroupant les sept sociétés de conservation chargées de la protection des forêts avant la création de la SOPFEU.

Garofeu est un tamia rayé, communément appelé suisse. Il avait été choisi de préférence à tout autre animal à cause, bien sûr, de sa frimousse adorable, mais aussi en raison de ses qualités en forêt. La réputation du tamia est irréprochable. Il est sympathique et prévoyant. On le voit souvent en forêt et il a d’excellentes habitudes de conservation.
Son nom avait été déterminé à l’issue d’un concours organisé par Conservation-Québec au cours duquel plus de 10 000 suggestions avaient été reçues. C’est le jeune Marc Bérubé, de La Tuque, qui avait remporté le 100$ promis par le ministère des terres et Forêts.

Participez au concours de dessin

Pour marquer son grand retour, Garofeu lance un concours de dessins à colorier pour les enfants de 12 ans et moins. Ce concours vise à promouvoir le respect des interdictions de faire des feux à ciel ouvert, ainsi que l’utilisation de foyers munis de pare-étincelles. Il vise également à présenter des options sécuritaires et écologiques aux brûlages de rebut et de résidus verts, qui causent quelque 150 incendies affectant la forêt chaque printemps.

Téléchargez le dessin #1

Téléchargez le dessin #2

Téléchargez le dessin #3

Règlements du concours

Ce concours s’adresse à tous les enfants du Québec de 12 ans et moins. L’un des parents ou le tuteur doit avoir donné son autorisation.

Chaque enfant peut soumettre jusqu’à trois dessins différents, transmis par le biais de trois envois distincts.

Les dessins et les formulaires d’inscription doivent être envoyés par courriel à l’adresse: courrier@sopfeu.qc.ca ou par la poste à l’attention de: Garofeu, 715, 7e rue de l’Aéroport, Québec (Québec) G2G 2S7.

Les gagnants du concours seront choisis par tirage au sort parmi les dessins reçus d’ici le 1er juin 2020, à 9 h.

75 sacs à dos pour enfants, d’une valeur de 20$ chacun, seront attribués par tirage au sort parmi tous les participants. Le tirage sera fait au siège social de la SOPFEU, le 2 juin 2020 à 15 h. La liste des gagnants sera dévoilée sur la page Facebook de la SOPFEU. Les gagnants seront contactés par téléphone ou par courriel. Leur prix leur sera acheminé par la poste.

Un même enfant ne peut gagner plus d’un prix. Les enfants et petits-enfants du personnel de la SOPFEU ne sont pas éligibles.

Un différend quant à l’organisation ou à la conduite d’un concours publicitaire peut être soumis à la Régie des alcools, des courses et des jeux afin qu’il soit tranché. Un différend quant à l’attribution d’un prix peut être soumis à la Régie uniquement aux fins d’une intervention pour tenter de le régler.